« Que fait-on s’il y a trois traits mutants ou plus ? »

Cette question m’a été posée par e-mail :

« Si on a 1 ou 2 traits mutants, pas de problèmes, on lit les textes de ces 2 traits. Mais que fait-on s’il y a 3 ou plus de traits mutants. J’ai déjà tiré le Yi Jing récemment avec 5 traits mutants. Je ne savais pas s’il fallait lire les 5 textes ou seulement le premier ou le dernier ou…! »

Avant tout, je rappelle que ma lecture est en grande partie intuitive ; ma méthode d’interprétation varie spontanément en fonction des situations (des hexagrammes en présence).

En ce qui concerne les traits mutants, quand je les prends en considération en soi, la première chose qui m’intéresse, par rapport à la question, est leur place : à quel(s) niveau(x) se situent les mutations ?

Dans le cas où il y a cinq traits mutants (pour reprendre l’exemple mentionné ci-dessus), je commence par me demander si la question est une vraie question,  car cette situation est rare et j’ai observé que parfois beaucoup de traits mutants (ou une réponse a priori aberrante) signalent une  incorrection dans le positionnement du consultant.

Ensuite, si je choisis d’appuyer une partie de mon analyse sur les traits mutants, je regarde, comme je le disais ci-dessus, les niveaux concernés dans l’hexagramme de situation. En fonction de la question, de l’hexagramme de perspective et d’autres éléments d’analyse, certains niveaux vont m’apparaître plus signifiants ; si j’utilise les textes, je lirai en priorité ceux qui concernent ces traits.

Le cinquième trait, place du Souverain, de la maîtrise, de la décision, peut être intéressant à lire, ainsi que le deuxième trait, avec lequel il est en lien, surtout si leurs polarités sont en relation de correspondance ; si ces traits figurent parmi les mutants.

Dans une situation où il y a beaucoup de mouvement, il peut être intéressant aussi d’observer ce qui ne se transforme pas. Cette lecture par l’écart est souvent un bon moyen de prendre du recul sur une situation.

Si d’autres paramètres de lecture me sautent aux yeux, il est possible aussi que je ne m’intéresse pas du tout aux traits mutants, a fortiori s’ils sont présents en grand nombre.

A propos de la signification des traits, voir aussi sur ce lien.

Espérant vous avoir donné ainsi quelques pistes pour développer votre pratique.

Share Button

2 commentaires sur “« Que fait-on s’il y a trois traits mutants ou plus ? »”

  1. Hum ! c’est un peu embarrassant ..
    pour ne pas s’exposer à une critique de superficialité, il serait bon d’étudier la situation de base, voir séparément les différentes transformations engendrées par les mutations, éventuellement les séquences cumulatives: par le bas pour construire une « réponse », descendante dans le signe pour le coté inspiration..
    cela semble faire beaucoup avec 5 mutations mais si les mutations vous rebutent, pourquoi ouvrir ce livre ?
    Avez vous compris ? Si oui, vous verrez alors les 6 traits mutables comme une invitation à relire le tout

    1. Bonjour Eleusys,
      Il est évident qu’en l’absence d’exemple précis, il est difficile de proposer une réponse ou même une méthode. L’expérience montre (je ne suis pas seule à l’avoir observé) que le Yi King répond toujours au niveau où le consultant est capable de comprendre. Aussi pour moi aucun des critères pouvant servir à l’interprétation n’est-il incontournable. On peut s’appuyer sur les traits ou pas. On peut lire les textes ou pas.
      Le sens peut être approché de différentes manières, chacun construisant sa propre méthode, en accord avec sa sensibilité, son fonctionnement, ses connaissances et savoir-faire. Ne pas s’attacher spécialement aux traits (ou à tout autre critère d’ailleurs) ne signifie en rien que « les mutations vous rebutent ».
      Quant à savoir si j’ai « compris », je n’ai pas la prétention d’affirmer que c’est le cas. C’est pourquoi je continue à chercher, en toute humilité et avec passion, ce qui me permet de garder l’ouverture d’esprit nécessaire pour accueillir les avis divergents, sources potentielles d’inspiration, et les solutions que le Yi King lui-même me souffle.
      Le changement commence en soi-même. Pas besoin d’ouvrir un quelconque livre pour cela, même si à l’occasion cela peut être enrichissant. « Les mots servent à exprimer les idées. Quand l’idée est saisie, oubliez les mots. » (Lao Tseu)
      Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.