Fukushima et la CRIIRAD : le Yi King m’a dit

Hexagramme 55 du Yi KingCertes ça fait un peu « allumé » comme titre mais l’air (vicié) du temps met le feu aux poudres et vu la conjoncture brûlante, tous les moyens sont bons pour essayer d’y voir clair. Du feu qui éclaire au feu qui réchauffe, du feu qui sépare à celui qui réunit, finalement il nous manque surtout encore un peu de feu sacré pour éviter l’épaississement du feu non maîtrisé décrit dans l’hexagramme 55, nommé « L’Abondance » – on voit où la recherche du « toujours plus » nous mène.

Avant-propos. Je voudrais dire combien je me sens désolée de la situation mondiale actuelle ; désolée comme une terre qui manque de l’eau de vie. Je me sens impuissante et la colère ne change rien. Participer, à ma mesure, à une tentative (que j’espère et je sais malgré tout collective) d’élévation du niveau de conscience général me semble parfois bien naïf comme réponse aux hoquets d’un monde qui meurt. Mais essayons tout de même. Comme dit le Colibri :  « Je fais ma part » – aussi modeste soit-elle, ou en tout cas j’essaie.

Du pain et du miso. On nous a annoncé l’imminence possible d’un incident nucléaire grave il y a quelques semaines. Tout le monde s’est précipité dans les magasins bio pour les dévaliser – plus un seul pot de miso disponible dans les centrales d’achat, cela prêterait à rire si la situation n’était aussi dramatique (au moins on ne dira plus aux végétariens qu’ils passent leur temps à brouter de l’herbe, enfin, faut voir). Et puis passé le coup de feu médiatique, un silence angoissant a commencé à peser sur cette affaire. Même la CRIIRAD s’est montrée silencieuse : plus guère d’informations, après quelques relevés pourtant alarmants effectués en Rhône-Alpes. Entre-temps, les médias occupent le public avec quelques histoires savoureuses de sexe et d’argent – « Donnez au peuple du pain et des jeux », aurait rapporté l’auteur latin satirique Juvénal. Et soudain, c’est comme si ça devenait décidément trop gros pour qu’on puisse garder encore le couvercle posé sur cette cocotte dont la pression n’arrête pas de monter.

L’ombre du doute. J’ai tendance à considérer la CRIIRAD comme un organisme fiable, au service du public. Ces derniers jours, face à la gravité des nouvelles (pas bonnes) qu’on consent enfin à nous distiller à nouveau, à doses que je crains homéopathiques, je me suis posé la question de l’intégrité de cette structure. J’interroge rarement le Yi King pour des questions qui ne concernent pas directement et personnellement le consultant ; mais cette situation (et sa gravité) nous concerne tous, s’agissant de l’air, de l’eau et des aliments que nous ingérons. Alors j’ai posé la question suivante :

« Est-ce que la CRIIRAD communique au public toutes les informations dont elle dispose au sujet de la contamination nucléaire en France suite à l’incident de Fukushima ? » (jeudi 26 mai 2011)

51-16J’obtiens l’hexagramme 51, « L’Éveilleur » ou « Ébranler » en hexagramme de situation, avec le premier trait mutant, ce qui donne en hexagramme de perspective le 16, « S’enthousiasmer » ou « Maîtriser son enthousiasme ».

J’analyse cette situation en m’appuyant sur la signification des traits Yin et Yang et de leurs transformations, avec comme support textuel principal  la traduction de Cyrille Javary.

Les remarques qui suivent constituent une extraction personnelle qui n’engage que moi et ne prétend pas avoir une quelconque valeur d’affirmation. L’intuition participe de mon interprétation et je l’assume – je reviendrai une autre fois sur le déplacement du regard et du discernement que le Yi King nous aide à opérer.

Premières impressions et lecture psychologique. Un coup de tonnerre qui fait peur ? Ont-ils peur de trop ébranler les esprits s’ils décrivent la réalité de la situation, et qu’il devienne impossible de maîtriser la panique ambiante ? On n’en est qu’au début et déjà c’est l’épouvante face à une catastrophe (nucléaire, mondiale, dramatique du point de vue écologique, sans solution connue) dont l’idée même est tellement insupportable qu’elle risque de nous rendre fous.

Lecture tellurique ou géobiologique. Du fond de la terre ont à peine commencé à remonter des forces jusque là endormies. On a dérangé quelque chose de profond dans l’ordre naturel du monde (par l’usage inconscient des technologies et l’exploitation abusive des ressources).

Situation énergétique globale. Quand un coup de tonnerre nous secoue assez pour nous déstabiliser et nous sortir de notre vie tranquille, le Yi King conseille de profiter de la mise en mouvement suscitée, même si elle est brutale, pour se réveiller (dans le sens aussi d’un éveil des consciences endormies) ; passer à l’action pour préparer les conditions d’un renouveau. Mais le choc est ici tellement fort qu’il est particulièrement difficile de trouver un point de référence stable (un appui solide, au propre comme au figuré, puisque le choc se manifeste au niveau de la terre, affectant nos racines et ce sur quoi notre vie se fonde) pour sortir du chaos et commencer à travailler à un ordre nouveau. Pourtant tout est à faire et la décomposition ne fait que commencer.

Lecture prospective et conseils sur l’attitude à adopter. Si on met à profit l’énergie de ce réveil brutal pour se mettre au travail, alors tout n’est peut-être pas perdu mais il va falloir du cœur à l’ouvrage et ne pas se laisser abattre. Un renouveau est possible si on arrive à déjouer l’accablement provoqué par le choc initial et à ne céder ni à la panique ni à la folie.

Il s’agit maintenant de réparer une situation qu’on a laissé se dégrader jusqu’à aller à l’encontre des lois de la nature. Il est possible que d’autres séismes se préparent, et que les autorités (ou ceux qui le savent) ne sachent pas à quel saint se vouer, parce que rien, dans l’organisation de notre monde technologique et industriel, n’a été pensé pour parer à une telle situation. On a fermé les yeux sur certains risques et maintenant le choc nous oblige à les ouvrir.

La touche d’espoir. Au cœur de l’hexagramme 51, il y a l’hexagramme 39, « Obstacle » ou « Obstruction » : une résistance interne, quelque chose qui ralentit malgré tout le processus qui crée les conditions de la catastrophe (qui, elle, se manifeste de manière brutale et sans prévenir). Cela donne un tout petit peu de temps et doit inciter à profiter de la secousse pour se mettre en mouvement sans attendre afin de créer les conditions d’un renouveau. On ne sait pas si celui-ci est possible mais du point de vue de la structure du Yi King, l’hexagramme 51 amorce un cycle nouveau, juste après la transmutation de la matière suggérée par l’hexagramme 50. Nous vivons dans un monde mutant, mais dans quel sens opère ou s’opère cette mutation à travers nous ?

L’avertissement. L’hexagramme opposé au 51 est le 57, « Modeler » ou « Convaincre par la douceur ». Ici la douceur et la répétition lente d’actions petites n’est pas efficace. On ne peut plus habiller les événements d’un flou artistique (ou communicationnel) qui les rende acceptables. C’est peut-être pour cela que la communication a été bloquée pendant quelques semaines : comment formuler l’inacceptable, comment supporter l’insupportable ?

La synthèse, en réponse à la question posée. Le tirage suggère que les intentions de la CRIIRAD sont honnêtes mais que l’organisme se serait trouvé dans une situation qui dépasse ses possibilités de communication et d’action. Le tirage ne parle pas d’influences liées à un pouvoir abusif (type censure) ; il évoque plutôt l’impuissance et l’incapacité à dire quelque chose qui va fatalement avoir des répercussions importantes et radicales. La structure elle-même doit se réorganiser et trouver de nouveaux moyens de communiquer et de mener son action, dans ces circonstances exceptionnelles. La réponse du Yi King concerne probablement aussi chacun de nous : nous ne devons pas céder à la panique, et laisser la peur altérer notre jugement quand les informations tardent à nous parvenir.

Post scriptum. Au moment de publier cette note, je fais le tour des derniers liens que j’ai reçus à propos de ces événements. Je parcours notamment un dossier publié par la CRIIRAD à propos des risques dus à la contamination de la France par les rejets de la centrale de Fukushima Daiichi et j’y lis ceci, qui me semble aller dans le sens de mon interprétation :

« La CRIIRAD a reçu plusieurs milliers de demandes concernant l’impact de l’arrivée sur la France des masses d’air contaminé : quels sont les risques pour ma santé ? Pour mes enfants ? Pour l’enfant que je porte ? Faut-il se protéger ? Si oui, comment ? Le texte ci-dessous constitue un premier élément de réponse. Il sera progressivement enrichi et amélioré.
Nous espérons pouvoir le présenter prochainement sous forme de « foire aux questions ». La charge de travail est telle que notre petite équipe a du mal à avancer autant qu’il le faudrait sur les différents volets du dossier : prélèvement et analyses d’échantillons venus de France et du Japon, recensement et étude des données disponibles, rédaction des documents d’information, réponse aux appels, aux courriels et aux demandes d’interviews, etc.). Il faut savoir qu’avant le déclenchement de la crise, la CRIIRAD était déjà en situation difficile du fait du décalage entre ses moyens et l’importance des dossiers qu’elle traite. »

Se réveiller. A quoi sert ce développement psycho-énergético-philosophique ? Je suis convaincue, parce que je l’expérimente dans ma vie depuis plusieurs années, que le Yi King peut nous aider à penser autrement et nous accompagner sur le chemin du changement. Partager ma réflexion est pour moi un moyen de contribuer, avec les moyens dont je dispose, à l’évolution de la pensée, et donc à la transformation du monde. J’entends d’ici le tatou exaspéré : « ‘‘Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ?’’ ‘‘Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part.’’ »

Share Button

3 commentaires sur “Fukushima et la CRIIRAD : le Yi King m’a dit”

  1. 51 c’est l’éveilleur, ce qui ébranle ou peut ébranler.

    C’est aussi les mots répétés comme
    Trois fois Oh Oh Oh
    Trois fois Ah Ah Ah.

    Ce qui me fait dire que tout peut être ébranlé par ce sujet,
    et tout l’argumentaire vis-à-vis du secteur nucléaire
    est à repenser.

    Mais le CRIIRAD est-il capable d’ébranler
    ou d’être ébranlé par les faits graves qui sont apparus
    au Japon ?

    Il est incontestable que tout ce qui touche au nucléaire et aux centrales nucléaires relève du secteur de la DEFENSE.
    Que dire du TOP SECRET ? Hexagramme 39 l’obstacle.
    Que faire, impossible de se modeler. Hexagramme opposé le 57.

    Donc si des informations viennent à être connues en toute transparence
    à coup sur la population viendrait à s’en emparer et là oui il y aurait ébranlement.
    Trois fois des Oh .

    Alors que faire de cet obstacle, il y a un réel manque de transparence, quasiment inexistante dans ce domaine.

    Avoir peur, prendre peur, rester dans les inquiétudes ?
    Ce qui est indispensable est d’entretenir l’enthousiasme, comme quoi en ce qui concerne l’énergie nucléaire, il est quasiment impossible de s’en échapper, que nous avons les centrales les plus sûres etc…
    Bref, trois fois des Ah.

    Voici une partie de ma contribution.

  2. Extraits du communiqué de la CRIIRAD du 31/05/2011, intitulé « Evaluation de l’impact des rejets de FUKUSHIMA DAIICHI sur la FRANCE – LA CRIIRAD MAINTIENT SA DEMANDE D’ENQUETE » :

    « La CRIIRAD considère, en effet, qu’elle n’a pas commis d’erreur d’interprétation. Elle a tenu compte de l’ensemble des informations publiées par l’IRSN et ne les a utilisées qu’après avoir procédé à un certain nombre de vérifications. Une erreur a bien été commise, une erreur répétée dans le temps, qui fausse le bilan officiel de la contamination de l’air, mais elle est entièrement imputable à l’IRSN.

    L’expert de l’Etat s’est en effet trompé sur ses propres données : des résultats qui portent sur des prélèvements d’air effectués sur plusieurs jours (jusqu’à 10 jours) ont été publiés, utilisés et commentés comme s’ils ne concernaient qu’un seul jour de prélèvement, le dernier. Comme la période de prélèvement inclut plusieurs jours pendant lesquels l’air n’était pas contaminé, cela a pour conséquence d’abaisser artificiellement l’activité réelle de l’iode 131 dans l’air. Comme l’erreur a été répétée sur toute une série de résultats qui se rapportent à la dernière semaine de mars, cela conduit l’IRSN à sousévaluer l’activité réelle de l’air pendant toute cette période.

    (…)

    Le problème méthodologique qui est à l’origine du bilan erroné de la contamination de l’air est, en effet, difficilement explicable. Le 27 mai dernier, pensant que l’erreur d’interprétation des résultats était le fait de la CRIIRAD, M. Sylvestre HUET (responsable du blog «sciences» du site liberation.fr) écrivait :

    « L’affaire est assez simple : la CRIIRAD a fait semblant d’ignorer que lorsqu’une détection est réalisée avec un prélèvement sur un filtre à air durant plusieurs jours, c’est une erreur grave que d’attribuer la contamination mesurée au premier jour du prélèvement. Semblant car la CRIIRAD utilise ce genre de techniques, elle ne peut donc en ignorer les spécifications. ».

    M. HUET pourra facilement corriger son texte. : « L’affaire est assez simple : l’IRSN a fait semblant d’ignorer que lorsqu’une détection est réalisée avec un prélèvement sur un filtre à air durant plusieurs jours, c’est une erreur grave que d’attribuer la contamination mesurée au dernier jour du prélèvement. Semblant car l’IRSN utilise ce genre de techniques, il ne peut donc en ignorer les spécifications. ». »

    Lire le communiqué complet : http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/pdf/11_05_31_cp_erreur.pdf

  3. L’IRSN est l’expert public en matière de recherche et d’expertise sur les risques nucléaires et radiologiques.

    Création

    L’IRSN a été créé par l’article 5 de la loi n° 2001-398 du 9 mai 2001 et son fonctionnement a été précisé par le décret n° 2002-254 du 22 février 2002.

    Ce décret a été modifié le 7 avril 2007 pour tenir compte de la loi n° 2006-686 du 13 juin 2006, relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire.

    Statut

    L’IRSN est un établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle conjointe :

    Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (consulter le site internet du ministère)
    Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie (consulter le site internet du ministère)
    Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (consulter le site internet du ministère)
    Ministère de la Défense (consulter le site internet du ministère)
    Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé (consulter le site internet du ministère).

    CQFD…………..MDR…
    les mots…expert public puis plus loin…..la loi du 13 juin 2006 relative à la transparence….

    Oui trois fois ah ah ah !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.